Art’n Bio

art n bio

 

EXPOSITION
Les vignerons BioVentoux
s’engagent pour la biodiversité

Les vignerons adhérant à l’association des BioVentoux bousculent leurs barriques et ont demandé à 12 artistes de customiser librement 12 barriques :
Marie Chevalier, Daniel Coste, Patrice Villard, Christophe Varin, Jules Cotte, Alex’n Neple, Patricia Michon, Nathalie Rollot, Muriel Froissard, Myrtille Debievre, Gérald Gruhn, Juliette Mendez.

Les « Bio Ventoux », têtes de cuvée des vins bio dans les Côtes-du-Rhône

Les « Bio Ventoux », têtes de cuvée des vins bio dans les Côtes-du-Rhône

- Jeudi 31 janvier 2013

Source : La Provence – Jean Calabrese

jo&JL

À l’occasion de la 20e édition de Millésime Bio, le salon mondial du vin bio qui démarre le 28 janvier à Montpellier avec près de 600 exposants, zoom sur ces producteurs qui ont choisi la voie de l’agriculture durable.

Ils ont une passion, le vin, et une philosophie, l’agriculture biologique. « Ils », ce sont douze vignerons réunis depuis cinq ans au sein de l’association « Bio Ventoux« , qui affirment en chœur vouloir transmettre à leurs enfants « une terre vivante ». Une association inter-appellations puisqu’on y trouve aussi bien des vignerons de l’AOC Ventoux que de Châteauneuf-du-Pape, Vacqueyras, Beaumes-de-Venise ou du Luberon. « Au départ, il s’agissait pour nous de mettre en commun nos connaissances, du point de vue technique en particulier. Il y avait et il y a toujours un côté entraide; partager plutôt que de rester seul dans son coin, surtout quand on démarre« , souligne Jean-Luc Isnard, du domaine Terre de Solence à Mazan.

« La vraie révolution, ajoute-t-il, c’est bien quand on décide de passer du conventionnel au bio parce qu’il faut alors abandonner tous les produits systémiques et chimiques. C’est une démarche plus risquée, plus attentionnée, qui demande aussi plus de travail. Et c’est là que l’on a besoin de conseils. » Un avis partagé par Joël Jacquet, du domaine du Grand Jacquet, qui précise: « Nous n’avons pas de vocation commerciale à proprement parler. Nous n’avons pas tous les mêmes strutures d’exploitation. Il y en a qui ont besoin de vendre en vrac, d’autres qui ne font que de la bouteille. Chacun a ses réseaux et sa façon de vendre… Les Bio Ventoux, c’est juste une belle vitrine« . Qui met en valeur cette philosophie qu’ils entretenaient auparavant chacun dans leur coin, et depuis des années.

Alors, la nouvelle réglementation qui permet désormais la certification bio de la vinification, adoptée par la Commission européenne il y a tout juste un an, va-t-elle changer la donne dans leurs pratiques? « En ce qui nous concerne, il y a longtemps que nous avons limité ou supprimé l’emploi d’intrants œnologiques et limité les ajouts de SO2. En fait, cette nouvelle législation, on la trouve presque légère. Mais en définissant un socle commun de pratiques de vinification bio, elle a le gros avantage d’apporter de la cohérence au cahier des charges et ça, c’est plutôt positif« .

Quant à la biodynamie, même si certains d’entre eux la pratiquent, « il ne faut pas brouiller le message auprès des consommateurs qui, au final, trouveront la vérité dans le vin, qu’il soit conventionnel, bio ou biodynamique« .

Plus d’infos sur les domaines adhérant à l’association Bio Ventoux sur le site www.lesbioventoux.fr